picresized_1252459498_le_temps_1 Archives à partir du 09/2009

Le temps qu’il reste


picresized_1252459498_le_temps_1Un film d’Elia SULEIMAN
Programmé du 14 au 27 octobre
Avec S. Bakri, Y. Haj, L. Muammar
France/Palestine, 2009, 1h45

 

temps_reste_a150Un film d’Elia SULEIMAN

Avec Saleh Bakri, Yasmine Haj, Leila Muammar
France/Palestine, 2009, 1h45

Sélectionné au Festival de Cannes 2009 – Compétition officielle

 

Programmé du 14 au 27 octobre 2009

 

 

{tab=Synopsis}

Le temps qu’il reste est un film en partie autobiographique, construit en quatre épisodes marquants de la vie d’une famille, ma famille, de 1948 au temps récent.
Ce film est inspiré des carnets personnels de mon père, et commence lorsque celui-ci était un combattant résistant en 1948, et aussi des lettres de ma mère aux membres de sa famille qui furent forcés de quitter le pays.
Mêlant mes souvenirs intimes d’eux et avec eux, le film dresse le portrait de la vie quotidienne de ces palestiniens qui sont restés sur leurs terres natales et ont été étiquetés « Arabes-Israéliens », vivant comme une minorité dans leur propre pays.

{tab=Intervenants}

Janine HALBREiCH-EUVRARD : fondatrice et directrice de la biennale « Proche-Orient, que peut le cinéma? » (www.quepeutlecinema.com) soutenue par le CNC, la Mairie de Paris, la région Ile-de-France…..Auteure de Israéliens, Palestiniens, que peut le cinéma ? Carnets de route (éditions Michalon).

Union Juive Française pour la Paix (UJFP) milite depuis 1994 pour une paix juste au Proche-Orient, et pour un dialogue judéo-arabe ici en France (www.ujfp.org).

Palestine 33 rassemble des citoyens de différents horizons attachés au droit fondamental des peuples à disposer d’eux-mêmes (palestine33.free.fr). Palestine 33 est le groupe local de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS).

{tab=Séances}

Mercredi 14/10 – 20h30 : Cinéma Jean Renoir, EYSINES.

Jeudi 15/10 – 20h30 : Magic Ciné, ST ANDRE DE CUBZAC.

Vendredi 16/10 – 20h30 : Ciné Jalles, ST MEDARD EN JALLES.

Samedi 17/10 – 17h : Cinéma Max Linder, CREON.

Samedi 17/10 – 20h30 : Espace Culturel Georges Brassens, LEOGNAN.

Mardi 20/10 – 20h30 : Cinéma Lux, CADILLAC.

Mercredi 21/10 – 20h30 : Cinéma Rio, LANGON.

Jeudi 22/10 – 20h30 : Cinéma Eden, MONSEGUR.

Vendredi 23/10 – 21h : Cinéma Gérard Philipe, GUJAN-MESTRAS.

Samedi 24/10 – 17h : Cinéma Rex, ANDERNOS.

Mardi 27/10 – 19h30 : Cinéma Eden, PAUILLAC.

{tab=Infos complémentaires}

Entretien avec Elia Suleiman

« Quand l’histoire se passe à une période que j’ai connue, j’écris ce que je vis, ce que je sens, puis je l’adapte à mon univers esthétique. Pour 1948, je devais faire appel aux souvenirs de mon père, il a été mon co-scénariste, en quelque sorte. Quand il est tombé malade, je lui ai demandé de tenir un journal, puis je l’ai adapté, comme je l’aurais fait d’un roman. Il était très important qu’il me donne une description précise. Il m’est arrivé de craindre de glisser dans une forme de récit classique sans le vouloir, mais finalement je suis parvenu à conserver intact mon processus créatif habituel tout en donnant vie aux souvenirs de mon père sur l’écran. Il s’agit certes de sa jeunesse mais il s’agit aussi d’un point de départ pour le film qui correspond à un big bang historique. (…) Un mouvement de résistance a vu le jour parmi des Palestiniens, comme mon père, mais ils n’avaient pas de moyens, mon père avait dû transformer une arme anglaise pour la faire fonctionner avec des balles allemandes parce que c’étaient les seules que l’on trouvait sur le marché noir ! La Haganah, elle, avait reçu des Anglais l’entraînement d’une armée organisée ! Oui, c’était une véritable armée ! Et que peut-on faire face à une armée organisée ? Les compagnons de résistance, c’étaient les voisins, les gens du village, leurs armes, les fusils de chasse. Alors que la Haganah avançait avec un plan de guerre très étudié. Des enquêtes d’espionnage avaient été menées dans chaque village en profitant de l’hospitalité et de la naïveté des habitants. Quand ils arrivaient, ils avaient déjà les noms des anti-colons, des nationalistes, des activistes de gauche, de quiconque avait un engagement politique. Ils ont procédé à de nombreuses exécutions sommaires sur la foi exclusive de ces listes (…). »

{tab=Bande annonce}

 

Plus d’infos sur ce film

{tab=Photos}

{yoogallery src=[/images/stories/CO/CO63/le_temps] width=[100] style=

Ce diaporama nécessite JavaScript.

}

{/tabs}