picresized_1252459947_ruban_blanc_1 Archives à partir du 09/2009

Le ruban blanc


picresized_1252459947_ruban_blanc_1Un film de Michael HANEKE
Palme d’Or – Cannes 2009
Programmé du 12 au 24 novembre
Avec C. Friedel, E. Jacobi, L. Benesch
France/Italie/Autriche/Allemagne, 2009, 2h24

ruban_blanc_a150Un film de Michael HANEKE

Avec Christian Friedel, Ernst Jacobi, Leonie Benesch
France/Italie/Autriche/Allemagne, 2009, 2h24
Palme d’Or au Festival de Cannes 2009

 

Programmé du 12 au 24 novembre 2009

 


{tab=Synopsis}

Un village protestant de l’Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914). L’histoire d’enfants et d’adolescents d’une chorale dirigée par l’instituteur du village et celle de leurs familles : le baron, le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans… D’étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d’un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?

{tab=Intervenants}

Présentation sur le cinéma autrichien et l’oeuvre de Michael Haneke

{tab=Séances}

Jeudi 12/11 – 20h30 : Cinéma Les Colonnes, BLANQUEFORT.

Vendredi 13/11 – 21h : Cinéma Vog, BAZAS.

Samedi 14/11 – 15h : Centre Culturel Maurice Druon, COUTRAS.

Lundi 16/11 – 19h30 : Cinéma Eden, PAUILLAC.

Mardi 17/11 – 20h30 : Cinéma La Brèche, STE FOY LA GRANDE

Mercredi 18/11 – 20h30 : Espace Culturel Georges Brassens, LEOGNAN.

Jeudi 19/11 – 20h30 : Cinéma Lux, CADILLAC.

Vendredi 20/11 – 20h30 : Ciné Jalles, ST MEDARD EN JALLES.

Samedi 21/11 – 17h : Cinéma Rex, ANDERNOS.

Mardi 24/11 – 20h30 : Cinéma Le Favols, CARBON BLANC.

{tab=Infos complémentaires}

Extraits de l’article de Michel Cieutat, Positif n° 581-582

Le film le plus aboutit de son auteur à ce jour, synthèse parfaite de l’ensemble de son oeuvre et réussite esthétique majeure, Le Ruban blanc mérite amplement sa Palme d’Or. Né d’une idée, qui cette fois, associe l’Histoire à la réflexion permanente du cinémaste sur la bestialité humaine, le scénario original rigoursement développé et sa réalisation très sobre impliquent, comme toujours, la participation active et distanciée du spectateur. Appliquée à un village de l’Allemagne du Nord protestante, entre 1913 et 1914, l’idée veut, à priori, que la responsabilité future du soutien au nazisme n’income pas qu’à ceux qui ont voulu le régime, mais plutôt à la génération qui les a engendrés. Une génération pour  qui l’autoritarisme paternel était de mise dans toute forme d’éducation. Un terrorisme mental qui, entraînant le traumatisme autant que l’admiration, ne pouvait qu’inciter le plus grand nombre, en période de crise économique profonde, à soutenir la figure salvatrice incarnée par Hitler.

L’idée, de toute évidence, ne doit pas se limiter à l’histoire des pays germaniques, mais à celle de l’humanité qui, par essence, a fait du recours à l’effroi le moyen le plus efficace d’imposer tout système de valeurs radicalisé. Un rappel on ne peut plus contemporain à la lucidité…

{tab=Bande annonce}

 

Plus d’infos sur ce film

{tab=Photos}

{yoogallery src=[/images/stories/CO/CO63/ruban_blanc] width=[100] style=

Ce diaporama nécessite JavaScript.

}

{/tabs}