picresized_1252460115_armee_du_crime_1 Archives à partir du 09/2009

L’armée du crime


picresized_1252460115_armee_du_crime_1Un film de Robert GUEDIGUIAN
Programmé du 23 septembre au 13 octobre
Avec S. Abkarian, V. Ledoyen, R. Stévenin
France, 2009, 2h19

armee_crime_a150Un film de Robert GUEDIGUIAN

Avec Simon Abkarian, Virginie Ledoyen, Robinson Stévenin
France, 2009, 2h19

Ce film a été présenté au Festival de Cannes 2009, hors compétition.


Programmé du 23 septembre au 13 octobre 2009

 

 

{tab=Synopsis}

Dans Paris occupé par les allemands, l’ouvrier poète Missak Manouchian prend la tête d’un groupe de très jeunes juifs, Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, Arméniens, déterminés à combattre pour libérer la France qu’ils aiment, celle des Droits de l’Homme.
Dans la clandestinité, au péril de leur vie, ils deviennent des héros.
Les attentats de ces partisans étrangers vont harceler les nazis et les collaborateurs. Alors, la police française va se déchaîner, multiplier ses effectifs, utiliser filatures, dénonciations, chantages, tortures…
Vingt-deux hommes et une femme seront condamnés à mort en février 1944.
Dans une ultime opération de propagande, ils seront présentés comme une Armée du crime, leurs visages en médaillon sur un fond rouge placardés sur les murs de toutes les villes du pays. Ces immigrés, morts pour la France, entrent dans la légende.
C’est cette belle et tragique histoire que raconte le film.

{tab=Intervenants}

Maurice RAJSFUS : Journaliste, historien, et militant, Maurice Rajsfus est né à Aubervilliers en 1928, de parents juifs polonais morts à Auschwitz. Rescapé de la rafle du Vel d’Hiv, il s’est impliqué dans les luttes anticolonialistes et également dans les combats antifascistes et antiracistes. Le fait d’être citoyen français ne l’a pas empêché de se trouver aux côtés des Algériens qui se battaient pour leur indépendance, de 1954 à 1962. De la même manière, son origine juive n’a pas constitué un obstacle pour affirmer sa solidarité avec les Palestiniens, dans leur volonté de créer un Etat laïque et démocratique.
Il est à l’origine de la création de l’Observatoire des libertés publiques et du bulletin « Que fait la police? » recensant les violences policières.
Il est l’auteur d’une cinquantaine d’ouvrages à caractère historique, politique ou polémique sur la Seconde Guerre mondiale, le rôle des forces répressives d’ hier et d’aujourd’hui, le conflit israélo-palestinien…

Dernier ouvrage : A vos ordres ? Jamais plus ! – Le Monde Libertaire 2009

Sur le sujet :
La Libération inconnue, à chacun sa résistance – Le Cherche-Midi – 2004

La rafle du Vél’ d’Hiv – Que sais-je 2002 – Le Cherche-Midi -2003

Opération étoile jaune, suivi de « Jeudi noir » – Le Cherche-Midi – 2002 – réédition J’ai lu – 2005

Les Français de la débâcle, juin-septembre 1940, un si bel été – Le Cherche-Midi – 1997

Drancy, un camp de concentration très ordinaire, 1941-1944 – Le Cherche-Midi – 1996

Sois juif et tais-toi ! 1930-1940, les français « israélites » face au nazisme – L’Atelier – 1990

L’An prochain, la révolution : Les communistes juifs immigrés dans la tourmente stalinienne, 1930-1945 – Mazarine 1985

 

Agnès OLIVE : Universitaire, photographe et poétesse, fondatrice et directrice des Editions La Belle Bleue, elle est l’ auteure de nombreux ouvrages et notamment un Robert Guédiguian dans la collection « Les conversations au soleil » aux éditions La Belle Bleue

 

Jean-Yves BOURSIER : directeur de la faculté des lettres, arts et sciences humaines de Nice Sophia Antipolis, professeur d’Ethnologie à l’Université de Nice Sophia-Antipolis.

Ses recherches portent sur les formes de mémoire, usages sociaux et politiques du passé, politiques mémorielles, enjeux et conflits ; les modes de constitution de « lieux de mémoire », en rapport avec les guerres (la Deuxième Guerre mondiale notamment), plus largement les processus de patrimonialisation et leur rôle dans la production du « local » ; les rapports entre l’oralité et l’écriture, l’histoire et les manières de l’écrire ; la fabrication du passé en rapport avec le présent, les logiques politiques et identitaires à l’oeuvre, l’institution de la culture par les musées et les patrimoines.

Auteur de :
La guerre des partisans dans le Sud-Ouest de la France, 1942-1944 : la 35° brigade FTP-MOI (L’Harmattan – 2000)

La politique du PCF 1939-1945 (L’Harmattan – 2000)

Résistants et Résistance (L’Harmattan – 2000)

Chroniques du maquis, 1943-1944 (L’Harmattan – 2000)

 

Benoît RAYSKI : Journaliste et essayiste. Il a été notamment chef du service étranger de France-Soir, rédacteur en chef au Matin de Paris et rédacteur en chef de Globe. Son père, Adam Rayski, fut responsable de la section juive du PC clandestin pendant la Résistance. Il est l’auteur de plusieurs essais dont :
L’affiche rouge (Denoël – 2004 – réedition septembre 2009)

Le cadavre était trop grand : Guy Môquet piétiné par le conformisme de gauche (Denoël – 2008)

Un livre rouge (Seuil – 2002)

L’enfant juif et l’enfant ukrainien : réflexions sur un blasphème (L’Aube – 2001)

 

Isabelle DANEL : journaliste et critique de cinéma, elle a collaboré à de nombreux hebdomadaires et mensuels (Télérama, L’Événement, DS, Rolling Stone, Je Bouquine, Okapi) et écrit actuellement pour le magazine Première. Elle a contribué au fil des éditions à L’Année du cinéma (éditions Calmann-Lévy) et est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont :

Conversation avec Robert Guédiguian (éditions Les carnets de l’info – 2008)

En haut des marches, le cinéma (éditions Les Carnets de l’Info – 2007)

{tab=Séances}

Mercredi 23/09 – 20h30 : Cinéma Rex, CESTAS. Présentation-débat.

Jeudi 24/09 – 20h30 : Cinéma Rex, ANDERNOS. Avec Maurice RAJSFUS.

Vendredi 25/09 – 21h : Cinéma Vog, BAZAS. Avec Maurice RAJSFUS.

Samedi 26/09 – 15h : Cinéma L’Océanic, SOULAC. Avec Agnès OLIVE.

Samedi 26/09 – 20h30 : Ciné Jalles, ST MEDARD EN JALLES. Avec Agnès OLIVE.

Mardi 29/09 – 20h30 : Cinéma Rex, LA REOLE. Présentation-débat.

Mercredi 30/09 – 18h30 : Cinéma Le Molière, LESPARRE. Présentation-débat.

Jeudi 01/10 – 20h30 : Centre Culturel Simone Signoret, CANEJAN – Présentation-débat.

Vendredi 02/10 – 21h : Cinéma Gérard Philipe, GUJAN-MESTRAS. Avec Jean-Yves BOURSIER.

Samedi 03/10 – 16h30 : Cinéma Max Linder, CREON. Avec Jean-Yves BOURSIER.

Samedi 03/10 – 20h30 : Cinéma Rio, LANGON. Avec Jean-Yves BOURSIER.

Mardi 06/10 – 20h30 : Cinéma Lux, CADILLAC. Avec Benoît RAYSKI.

Mercredi 07/10 – 20h30 : Magic Ciné, ST ANDRE DE CUBZAC. Avec Benoît RAYSKI.

Jeudi 08/10 – 20h30 : Cinéma Les Colonnes, BLANQUEFORT. Avec Benoît RAYSKI.

Vendredi 09/10 – 20h30 : Cinéma La Brèche, STE FOY LA GRANDE. Avec Isabelle DANEL.

Samedi 10/10 – 16h30 : Espace Culturel Georges Brassens, LEOGNAN. Avec Isabelle DANEL.

Samedi 10/10 – 21h : Cinéma Le Monteil, BLAYE. Avec Isabelle DANEL.

Mardi 13/10 – 20h30 : Cinéma Jean Renoir, EYSINES. Présentation-débat.

{tab=Infos complémentaires}

Entretien avec Robert Guédiguian (extraits)

L’Arménien Manouchian, l’occupation allemande (ma mère est née en Allemagne), et le communisme, ces trois éléments réunis me touchaient sans doute de trop près. Depuis que je suis né, j’ai toujours entendu parler de Manouchian. Il fait partie du Panthéon des grands héros résistants communistes. Je me souviens en particulier d’avoir lu, quand j’étais gamin, la lettre qu’il a écrite avant de mourir. Que Manouchian y dise « Je meurs sans haine pour le peuple allemand » me réconfortait sur mes deux origines et sur l’humanité en général. Donc, parce que tout cela m’était trop proche, ce n’est pas de moi qu’est venue l’idée de faire ce film, mais de Serge Le Péron. (…) Tous les membres du groupe Manouchian sont communistes et internationalistes. Et là encore je me suis demandé si je devais revenir à nouveau sur cette question-là, le communisme. En fait, mon interrogation est liée au trouble dans lequel je suis par rapport à « l’hypothèe communiste », comme dit Alain Badiou. Le fait que cette hypothèse ne puisse se mettre en oeuvre dans un avenir relativement proche me gêne dans ma vie de tous les jours. Alors que j’avais un rapport très concret avec cette idée, celle-ci semble dans notre époque de plus en plus abstraite. Je crois néanmoins important de montrer aujourd’hui cet internationalisme. Ces jeunes qui se battent pour la même cause demeurent un exemple dans notre monde actuel d’inégalités criantes, de replis communautaires et religieux. (…)

{tab=Bande annonce}

{tab=Photos}

{yoogallery src=[/images/stories/CO/CO63/armee_du_crime] width=[100] style=

Ce diaporama nécessite JavaScript.

}

{/tabs}